Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 octobre 2014 2 14 /10 /octobre /2014 07:34

AUJOURD’HUI  JE SUIS DE NOUVEAUX A LA BOURRE LE CIEL ET BLEU LE SOLEIL BRILLE ET JE SENS QUE JE VAIS FAIRE UN TOUR AVEC BALCK SCHADOW

et vous laisse lire Hopla

 

Histoire motarde d’autrefois

L’esprit motard d’antan

Ma toute première vraie moto

 

C’était à la toute fin des 60’s, la goutte de lait au bout du nez et le poil rare sous le nez que je circulais sur mon deux roues motorisé d’époque.

Epoque ou nous n’étions pas encore envahis par la déferlante nippone et mon bike était une Zündapp 49,9cc qui faisait toute ma fierté.

Je l’avais achetée d’occase après quelques mois de job d’étudiant et le choix de l’époque se limitait entre d’insipides trapanelles fumantes et puantes Peugeot, Lambreta, Motobécane ou autres.

Il y avait bien quelques machines d’allures plus sportives sur le marché, généralement produites par des constructeurs italiens, Des cyclo sports comme ont disait : réservoir horizontal, selle biplace, 2 ou 3 vitesses plus séduisants que les utilitaires, mais ces modèles avec petits guidons bracelet, selle biplace façon panthère, gaines de câbles multicolores, avec le « must » antenne à queue de tigre étaient plutôt destinés aux kékés frimeurs des quartiers populaires.

Non, très peu pour moi… Dans ces années là les trophées de compétitions 50cc se partageaient principalement entre les deux grands constructeurs allemands Kreidler et Zündapp.

Il s’avère que c’est le néerlandais Jan de Vries au guidon d’une Kreidler qui remporta le championnat du monde de courses sur route cette année là… Quelle déception pour moi qui avait opté pour une Zündapp !

 

Sur la photo ci-jointe de 1969, je pose fièrement sur mon bike, avec mon petit-cousin assis sur le tan-sad.

Histoire d 'antant by Luc , Président belongue , dit aussi le leader

Revenons à nos moutons.

Je me baladais donc au guidon de mon 3 vitesses Zündapp sur les routes ensoleillées de la Province du Brabant en Belgique (Et oui, contrairement à une certaine croyance il ne pleut pas toujours en Belgique), heureux comme un Pape, dit-on.

A un moment, j’avise une moto (une vraie celle là) arrêtée sur le bord de la chaussée. Le pilote en « barbour » le « Cromwell » vissé sur le crâne est agenouillé devant sa superbe Norton Commando visiblement en panne.

Je n’avais pas encore l’esprit motard (ce n’est pas inné et ça ne vient qu’avec l’expérience) mais je m’arrête à sa hauteur pour, très humblement et impressionné par le personnage, lui demander si je puis lui venir en aide.

Il me répond qu’il est tout simplement en panne d’essence… Il n’y avait pas de station service à tous les coins de rue à cette époque et la prochaine était assez éloignée.

Je dis, toujours très humblement, qu’il attende là et que je vais lui ramener du carburant.

Je rentre chez mes parents à dix kilomètres de là, pique une petit jerrycan de 5L dans le garage de mon Père et retourne jusqu’à la Norton en panne sèche.

Jerrycan vidé dans le réservoir, le motard me dit : « Suis moi jusque chez moi, je vais rouler calmos ».

C’est donc à ma vitesse maxi de 90 Km/Hr en ligne droite et avec le vent derrière que nous rejoignons de concert la ferme ou habite mon nouveau copain.

Arrêté dans la cour de la dite ferme, le gars me dit : « Tu vois la moto dans la grange là, elle est pour toi, pour te remercier de m’être venu en aide ! »

Incroyable, j’avise un engin à moitié submergé par la paille, d’une couleur indéfinissable car passée et repassée par toutes sortes d’intempéries, pleine de graisse et d’huile, une déchirure dans la selle laissant apparaître  un ressort rouillé, le chrome du guidon disparu depuis belle lurette, les caoutchoucs craquelés, les pneumatiques à moitié dégonflés. Moteur ne démarrant pas bien évidemment… Une bécane dans son jus comme on dit !

Rien à foutre, je l’aime déjà !

C’était une FN XIII datant de 1958 ( FN : Fabrique Nationale, entreprise située à Herstal en Belgique qui concevait et fabriquait avant guerre les « meilleures motos du monde » )

 

Photo d’un modèle identique en pièce jointe.

 

Je suis donc rentré chez moi avec ma Zündapp. J’ai refait à pied et dans l’autre sens les 13 Km pour aller chercher la FN, pour ensuite repartir dans l’autre sens et la pousser jusqu’à la maison.

( Belle épreuve sportive pas vrai ? )

 

Nous étions veille de weekend, et ces deux jours furent mis à profit pour tenter de remettre l’engin en route. Grace à l’aide précieuse de mon Père, véritable mécanicien à l’ancienne, le dimanche après-midi le moteur pétaradait devant la porte du garage, ma FN était opérationnelle !

J’étais fier comme Artaban sur ma première moto digne de ce nom.

 

Quelque temps plus tard, j’ai été voir en première semaine au cinéma à Bruxelles le film culte « Easy Rider »… Film qui a transformé ma vie… Mais beaucoup d’eau a encore coulé sous les ponts avant l’acquisition de ma première Harley-Davidson en 1995.

Rentré de la séance de cinéma – je devrais dire LES séances en fait, car je l’ai vu en boucle plusieurs fois ( à l’époque avec un seul ticket d’entrée on pouvait rester assis sur son siège de la première à la dernière séance… Et on pouvait fumer dans la salle aussi ! )

Rentré des séances donc, j’arrive chez moi, et à l’aide des nombreux outils et appareils du garage de mon Père, je commence la transfo de ma FN.

Pliage de tubes pour obtenir un guidon « hape hanger », garde boue avant démonté, garde boue arrière raccourci à la scie à métaux, fabrication et installation d’un « sissy-bar »,  découpage soudage et rallonge du pot d’échappement pour qu’il arrive à la même hauteur que le « sissy-var », etc. etc.

Peinture ( au pinceau ! ) rouge flammé jaune.

J’avais mon « chopper » dans le plus pur esprit « Billy’s bike » !

 

Je l’ai gardé jusqu’en tout début d’année 1972 avant de m’exiler en Angleterre pour le boulot. Par la suite j’ai rejoint les rangs de l’armée et suis à nouveau parti à l’étranger (pour toujours d’ailleurs).

Je ne sais pas réellement ce qu’il est advenu par la suite de ma FN … Je pense que mon Père qui avait besoin de place dans son atelier a finalement décidé de porter celle-ci à la casse ?

 

 

 

Histoire d 'antant by Luc , Président belongue , dit aussi le leader

Partager cet article

Repost 0
Published by Kabular's
commenter cet article

commentaires

générateur de kamas 14/10/2014 17:29

On en veut plus avec autant d\'humour. Merci.

Présentation

  • : Le blog de Tintin le biker Alsacien
  • : Un blog de copains motars mais surtout vétérans , la pluspart des histoires relatent des faits réelles mais que je mets Hahah sous forme de cartoon à ma façon . Bon pas toujours marrant , même chiant , mais personne n 'est obligè d'apprècier et ceux qui ça plait pas je n 'en fou , la priorité c 'est de ce retrouver et de se fendre la geule
  • Contact

A VOIR SANS MODERATION

 

Une Kabularde

Autrichienne

    à Seoul

bigshoes

 

 

 

 

 

 

 

 

Un Kabulars

Photographe

546480 394693417248438 1346629009 n

 

 

 

 

 

 

C-Dock

 

P1011628 

The French road 66

8 Ans Kabulars

Tintin en Corée

19ième Schrauberkurs

Tintin en Afrique

Mostar chapter

Mission Ferailles

Biker Home

 

 

DuPrésident

      Joe

8COMMEMO-KABULARS-3520-1.JPG

 

  Légendemotobike

index.jpg

 

 

 

 

 

Cours de mécanique

  Tintin a Séoul

low cost road 66

19 ième cours de mécanique

Tintin en Afrique Hopla

 

Chez Fritzzzzzzzzzzzzz

fritzzz-foto-kati.jpg

 

 

 

 

 

 

Cheyenne

h3

 

 

 

 

 

 

 

The Walker's

thewalkers

 

 

 

 

 

 

le blog de la Véga

suicide.jpg 

 

 

 

 

 

Une baroudeuse

petite-1.jpg

 

 

Jumelage avec

les Yes cliquez

der small

Recherche

Event's

les prochains event's seront envoyées par email cette saison je n 'ai pas eu d 'activités particulière je dirais hopla pour raison familiale yo mais pas encore fin de saison heureusement